Paradoxe : la sous alimentation accentue le risque d'obésité

Actualité culinaire du monde

Paradoxe : la sous alimentation accentue le risque d'obésité

Chez l'enfant, le retard de croissance due à la malnutrition, vient d'être mis en relation avec un risque accru d'obésité.

Curieusement, les enfants sous alimentés pourraient devenir plus facilement obèses à l’adolescence ou à l’âge adulte. Ce paradoxe vient d’être suggéré par plusieurs études menées chez des enfants habitants les bidonvilles de Sao Paolo.
Les enfants présentant un retard de croissance d’origine nutritionnelle ont une dépense énergétique normale : comparés aux autres enfants, ils dépensent la même quantité d’énergie pour faire fonctionner leur organisme. En revanche, leur capacité à oxyder les graisses est plus faible à jeun.

L’oxydation des graisses corporelles : une source d’énergie

Dans notre corps, le tissu graisseux est utile : il constitue une réserve énergétique importante. Pour fonctionner, l’organisme transforme cette graisse en énergie grâce à une réaction chimique, l’oxydation. Si cette réaction ne se fait pas, le réservoir graisseux tant à augmenter.
Dans le cas de l’obésité, il s’agit également d’un excès de tissu graisseux, mais celui-ci
est dû dans la plupart des cas, à une alimentation excessive et déséquilibrée et non à un défaut d’oxydation.


Les mécanismes n'ont pas encore été élucidés, mais cette faible oxydation des graisses chez les enfants ayant un retard de croissance, pourrait expliquer d'une part, le développement de la graisse corporelle, et d'autre part, l'augmentation des cas d'obésité chez les adolescents et les adultes des pays en développement

RECETTES ALEATOIRES